Projet en cours

Résidence de recherche-création à la Station de biologie des Laurentides

Le Centre d’exposition de l’Université de Montréal (CEUM) est investi dans des initiatives de recherche-création visant à provoquer des rencontres entre arts et sciences. Ces rencontres prennent entre autres la forme de résidences d’artistes dans des installations scientifiques de l’Université de Montréal, dont la première a eu lieu en 2018 à l’Observatoire du Mont-Mégantic et a abouti à l’exposition Merveilles célestes.

 

Dans le cadre d’un projet de résidence et d’exposition en partenariat avec la Station de biologie des Laurentides (SBL) et le Musée d’art contemporain des Laurentides (MAC LAU), le CEUM a lancé un appel aux artistes professionnels en arts visuels et médiatiques et en métiers d’art pour participer à un projet de résidences mené avec la médiation de la commissaire invitée Anne-Marie Belley.

L’Université de Montréal annonce que les artistes Félix Bernier, Laure Bourgault, Diane Morin et Ana Rewakowicz ont été sélectionnés afin de participer à des résidences de recherche-création à la Station de biologie des Laurentides en 2022 et 2023. Ce partenariat inédit entre le Centre d’exposition de l’Université de Montréal, le Musée d’art contemporain des Laurentides (MACLAU) et la Station de biologie des Laurentides a pour but de créer des ponts entre les disciplines.

 

À la suite d’un appel à dossiers de candidatures destiné aux professionnels des arts visuels, des arts numériques et des métiers d’art, lancé le 22 mars 2022, les artistes sélectionnés et la commissaire invitée Anne-Marie Belley ont réalisé un premier séjour de résidence de recherche à la Station de biologie des Laurentides (SBL) du 4 au 8 juillet 2022. Un second séjour de résidence est prévu à l’automne 2022.

 

Au terme de ces résidences à la SBL, deux expositions seront présentées simultanément au CEUM et au MACLAU à l’automne 2023.

Laure Bourgault_ENE_Jean-Sébastien Veilleux photographe.jpg
Laure Bourgault

Laure Bourgault vit et travaille à Tiohtià:ke/Mooniyang/Montréal. Elle est doctorante au Département d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal. Son travail s’intéresse aux processus mémoriels collectifs, aux fondements politiques de la narration historique, aux rhétoriques nationalistes et à leur reflet dans l’occupation du territoire. Elle détient une maîtrise en histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et a présenté son travail notamment à AXENÉO7 (Gatineau), à L’Œil de poisson (Québec), à Regart (Lévis), à l’Arxiu Comarcal d’Urgell (Catalogne) et à la galerie Justina M. Barnicke (Toronto). En 2022 elle a réalisé une résidence en art à Est-Nord-Est à St-Jean-Port-Joli. Depuis 2018, elle coédite, avec AM Trépanier, la revue Cigale, dédiée à la publication d’écrits d’artistes contemporain·es. 
Quatre artistes
Félix Bernier 
 
Félix Bernier est un artiste interdisciplinaire originaire de Montréal qui habite présentement à Halifax. En incorporant sa formation en génie logiciel dans sa pratique, il explore l’impact des technologies digitales dans les environnements physiques et dans les relations sociales. En intégrant dans sa pratique photographique des éléments sculpturaux et des technologies digitales, il présente les relations complexes entre le physique et le virtuel. Il a récemment complété sa maîtrise en arts visuels à NSCAD-Halifax en 2021. Il a entre autres exposé individuellement à The Anna Leonowens Gallery, Halifax et à The Craig Gallery, Halifax. En 2021, il a été nominé au "International Sculpture Center's 2021 Outstanding Student Achievement in Contemporary Sculpture Award” et a été récipiendaire en 2020 de la Bourse d’études en maîtrise du Conseil de Recherches en Sciences Naturelles et en Génie (CRSNG).
Félix Bernier-portrait.jpg
Ana Rewakowicz

Ana Rewakowicz est une artiste-chercheuse interdisciplinaire née en Pologne d'origine ukrainienne. Animée par le désir de contribuer à des solutions imaginatives susceptibles d'améliorer les conditions de vie et de susciter une prise de conscience de la situation mondiale de l'eau, elle a travaillé sur un projet de collecte de l’eau de brouillard avec des scientifiques de l'École polytechnique de Paris dans le cadre de ses recherches doctorales, qu'elle a achevées en 2021. Elle est également connue pour ses œuvres stimulantes et gonflables qui proposent différentes plateformes d'inter(intra)actions et d'échanges par la participation. Rewakowicz a des œuvres dans les collections permanentes du MACRO (Rome, Italie), du MAC (Montréal), du MNBAQ (Québec), du Musée de Joliette (Québec), et elle a exposé au Canada, en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis. Elle est récipiendaire de plusieurs bourses et prix, dont une bourse à long terme du Conseil des arts du Canada, attribuée seulement deux fois dans une vie, et ses œuvres ont été présentées dans des revues, des films et des livres, plus récemment dans Bubbletecture publié par Phaidon (2019).
Ana Rewakowicz-portrait.jpg
Diane Morin-portrait.jpg
Diane Morin

Diane Morin est née en 1974 à Saint-Joseph-de-Kamouraska. Elle vit et travaille maintenant à Montréal. Elle est doctorante en études et pratiques des arts-UQAM et diplômée d’une maîtrise en beaux-arts (Open Media) de l’Université Concordia. Depuis 1998, elle réalise des installations liées à l’art cinétique et aux nouveaux médias. Elle travaille différents procédés et dispositifs afin de rendre apparents des événements cinétiques et en préserver des traces : photogramme, enregistrement vidéo, amplification audio et projection d'ombres. En outre, elle a participé à des résidences dans le cadre du programme SUMU d’artistes en résidence, à Turku, en Finlande (2011), de l’Independent Study Program, à la Konsthögskolan Valand, à Göteborg en Suède (2009-2010), et à l’atelier de la Fondation finlandaise de résidences d'artistes à Espoo, en Finlande (2008). Son travail a fait partie de plusieurs expositions individuelles et collectives. Parmi les plus récentes, se trouvent celles de Paved Art, Saskatoon (2022) et à Presses-Papier, Trois-Rivières (Biennale de sculture contemporaine-2022). En 2013, elle remportait le Prix du CALQ – Œuvre de l’année 2013 pour la région de Montréal pour l’œuvre Imbrication et en 2014 elle reçut le Prix MNBAQ en art actuel.
Bibliothèque
Bibliothèque

press to zoom
Carte de la SBL
Carte de la SBL

press to zoom
Salon, SBL
Salon, SBL

press to zoom
Bibliothèque
Bibliothèque

press to zoom
1/6

Crédit photo: Station de biologie des Laurentides

Commissaire

Anne-Marie Belley-portrait.jpg
Anne-Marie Belley

Anne-Marie Belley est chercheuse et commissaire d’exposition. Son projet L'art est vivant, un cycle de quatre expositions (Galerie Les Territoires-2013, Maison des arts de Laval-2016, Centre d'exposition de Val-D'Or-2017 et Galerie d’art Foreman de l’Université Bishop-2018), constitue une étude de cas pour sa thèse consacrée à la pratique de l'histoire à l'ère de l'art biotechnologique, qu’elle complète au Département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal.

 

L'art est vivant a été composée de pratiques artistiques et scientifiques du Québec qui engagent de nouvelles dynamiques entre formes et matières dans les rapprochements avec la vie, ainsi qu’entre les revendications et les enjeux de la modernité. Elle est membre-chercheuse de Fluxmedia (Université Concordia), de Figura-Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (UQAM) et de NT2 (UQAM). Elle a été récipiendaire des bourses d’excellence du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), du Fonds de recherche Société et culture Québec (FRQSC) et du Programme de formation scientifique dans le Nord (PFSN).

Énoncé de la commissaire

Située dans les Basses-Laurentides, sur un territoire protégé d’une superficie de 16,4 km2, la SBL accueille depuis plus de cinquante ans diverses communautés scientifiques engagées dans la recherche empirique. Pour la première fois, elle offre à des artistes la possibilité d’observer et d’étudier les écosystèmes ayant les caractéristiques du Bouclier canadien. Un des grands lacs qui couvrent ce territoire, le lac Triton, est le point de départ de ce projet de recherche-création qui réfléchit à la convergence des arts et des sciences dans la reproduction des phénomènes observés. 

 

L’attrait de la commissaire pour le lac Triton date d’une visite de reconnaissance des lieux effectuée en novembre 2021. La surface à peine gelée de ce lac est en partie occupée par une infrastructure expérimentale. Un dialogue s’est ainsi amorcé avec Gabriel Lanthier, biologiste de formation et acteur pivot dans les activités de la SBL. Il nous indique que cette plateforme est un instrument de recherche du Laboratoire de MétaÉcologie (Département de sciences biologiques, Université de Montréal). Composée de plusieurs cylindres qui à la fois isolent et intègrent l’écosystème du lac, cette infrastructure transforme le lac Triton en matrice. Entre la grille mathématique à deux dimensions et l’installation physique à trois dimensions, il n’en fallait pas plus pour arrimer ce projet de résidences d’artistes à une problématique centrale dans la démarche de la commissaire : du processus mené en art pour résoudre les rapports de forces entre matières et formes au moyen de médiums à deux ou à trois dimensions apparaissent des phénomènes observables dans une quatrième dimension, soit le temps de l’exposition.  

Partenaires

La STATION DE BIOLOGIE DES LAURENTIDES (SBL) est un campus de l’UdeM situé à Saint-Hippolyte. Ce vaste territoire de 16 km2 est protégé des principales perturbations humaines depuis les années 1960, afin de permettre l’enseignement et la recherche dans un contexte naturel. La SBL contribue ainsi à la formation de scientifiques qualifiés et de citoyens responsables, tout en contribuant à outiller les générations futures, afin de promouvoir un environnement durable. La SBL est aussi un acteur important du lien entre l'UdeM et des communautés. Grâce à diverses activités destinées au grand public et son implication dans le développement de la municipalité qui l'accueille, la SBL assure la connexion entre l'UdeM et la population qui l'entoure. 

Le CENTRE D’EXPOSITION DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL soutient la réalisation de projets d’expositions, en provoquant des rencontres entre partenaires de disciplines scientifiques et artistiques et en offrant aux membres de la communauté universitaire les moyens de les diffuser auprès de divers publics. Le CEUM a aussi pour mission de mettre en valeur les savoirs et les collections de l’UdeM. Y sont présentées des expositions multidisciplinaires sur les arts visuels, notamment les savoirs issus de la recherche et de la recherche-création.

Depuis bientôt 45 ans, le MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN DES LAURENTIDES est dévoué au développement et à la reconnaissance des pratiques actuelles en arts par le biais de son programme de diffusion, de médiation culturelle et par sa collection. Situé dans la capitale des Laurentides, Saint-Jérôme, le MAC LAU se déploie sur l’ensemble de son territoire par le rayonnement de ses projets artistiques, par l’entremise d’engagements envers ses acteurs culturels, civiques, communautaires et politiques.

Contact

Université de Montréal :

Geneviève O'Meara, conseillère principale - relations médias, BCRP

 

Centre d’exposition de l’Université de Montréal :

Myriam Barriault Fortin, agente de promotion et liaison

 

MACLAU

Karina Newcombe,

Adjointe aux directions, chargée de projet et coordonnatrice de l’encan

Revue de presse

Journal Le Devoir: "[Entrevue] D’art et de science en forêt", 23 juillet 2022

Journal Le Nord: "Inspiré l’art par la science", 12 juillet 2022

 

UdeM Nouvelles: "Les arts et les sciences se rencontrent à la Station de biologie des Laurentides", 13 juillet 2022

MACLAU_plein-SansFond.png
Logo SBL.jpg