Dans le cadre de sa programmation de l’année 2021-2022, le Centre d’exposition de l’Université de Montréal présente l’exposition Haltes / Moments / Situations portant sur le travail de Mathieu Cardin. Cette exposition présentée du 24 février au 16 avril 2022 est commissariée par Louis Cummins qui agit également comme auteur de la publication.

 

Mathieu Cardin s’intéresse à la fabrique des images, aux relations qu’elles tissent entre elles, et aux jeux de renvois incessants qu’elles génèrent. Les réseaux qu’elles alimentent, les transformations qu’elles subissent, les travestissements qu’elles adoptent pour se donner des airs de vérité, font partie des réflexions qu’il explore à travers sa pratique artistique.

 

Avec ses décors et ses machines à produire des illusions, l’installation Halte / Moments / Situations présentée au Centre d’exposition de l’Université de Montréal simule une exposition de vidéos. En parcourant cet espace, le spectateur est amené à explorer un lieu complexe, parsemé d’objets hétéroclites et de dispositifs singuliers produisant des illusions visuelles. Les images qui en résultent appartiennent à l’ordre de clichés sensori-moteurs.  Ces faux plateaux de tournage sont ceux de la rencontre entre le monde tel qu’il nous est donné à voir et à expérimenter et celui de nos rêves, de nos illusions, de nos mémoires. L’installation, par ces jeux d’échanges et d’alternances entre des objets fonctionnels et des images illusionnistes, fixes ou mobiles, fait entrer le faux dans l’ordre de la vraisemblance et par là engendre un monde où s’effacent les frontières entre le réel et l’imaginaire, qui en viennent à être interchangeables.

Instagram_1080x1080px.png

Né à Agloe (É.-U.), Mathieu Cardin (né Matthew Carden) démontre dès son jeune âge des aptitudes exceptionnelles en sports de combat, en gymnastique et en musique. De ces premières disciplines, il gardera une grande flexibilité, une bonne oreille et un merveilleux uppercut digne d'Arthur Cravan. Préalablement intéressé par les mathématiques et la course automobile, c’est seulement à la suite d’une discussion bien arrosée avec un concierge d'hôtel et un portier qu’il quitte son poste de commis administratif pour se consacrer à la sculpture d’installation. Un an plus tard, il entame un MFA à l’Université Concordia, après avoir été accepté et s’être vu offrir des bourses en présentant un portfolio d’images volée en ligne.

 

L’œuvre de Mathieu Cardin se présente principalement sous forme de sculptures et d’installations, où l’accumulation et la déconstruction se combinent, laissant au spectateur le soin de distinguer ce qui relève de la fiction ou de la réalité. Sa pratique est souvent articulée autour d’une trame narrative dans laquelle le public, complice de l’artiste, joue un double rôle d’acteur et de spectateur. Ses installations ont été présentées au Canada, en France, en Italie et au Mexique. Depuis 2008, Cardin vit et travaille entre Montréal et Scottsboro, en Alabama, où il dirige une entreprise qui achète des bagages non réclamés à des compagnies aériennes, pour en revendre le contenu sur eBay.

Le commissaire 

Louis Cummins

Louis Cummins est artiste, philosophe, historien et critique d’art. Depuis 1990, il a publié plusieurs articles et essais de catalogue au Québec et à l’étranger. Spécialiste de l’art conceptuel, sa thèse de doctorat déposée au Graduate Center of the City University of New York portait sur les interventions d’artistes modernes et contemporains ayant abordé de façon critique les musées et les espaces de diffusion de l’art. À titre de commissaire, il a monté l’exposition de groupe Des choses abjectes chez AXE-NÉO7 et une exposition consacrée à Mathieu Cardin La transperce et l’obstacle à la galerie Plein Sud. Comme artiste, il a réalisé des œuvres de vidéo-musique et créé quelques installations multimédia dans lesquelles des objets, de la vidéo et un environnement sonore immersif.