Regarder vers, parcourir le sentier, s’arrêter en chemin, regarder au loin. 

À l’intérieur, entre et tout autour. Lire l’espace. Revisiter ces vues. Entrer en dialogues paysagés. Pour qu’une seconde géographie se dépose sur la géographie physique. Cette géographie narrative.

Afin de prendre possession du lieu, on vide l’espace de sa spatialité.

Westphal, p.192

Car il n’y a aucun espace qui soit neutre. Il est composé. Il est hétérogène. Il est fait d’accumulations. Il est anachronique. Tout s’y entremêle. Les récits factuels et les récits fictionnels. Les passages et les temps. Le sol, le ciel, les arbres, le vent, le corps. La lumière. Leurs mémoires entremêlées. Il y a coexistence. Il y a survivances. C’est en cadrant. C’est en activant. C’est en habitant cet espace. Que survient le lieu du paysage.

Pour revoir la page d'une artiste, cliquez sur son nom.

Bouton_suite_de_l’exposition_blanc.png
centre_dexpo_1200x400_blanc.png