Dans le but d’apporter son soutien aux artistes professionnels établis au Québec et de permettre une réflexion sur le contexte actuel de la pandémie de la COVID-19, le Centre d’exposition de l’Université de Montréal a mis en place une programmation « à distance » pour l’été 2020. 

La pandémie a soulevé plusieurs questions, redéfinissant notre rapport à l’autre et formulant de nouvelles perceptions de notre environnement. C’est dans cet esprit que l’appel à projets 3 fois 3 fut lancé. Face à ce quotidien improvisé où émergent de nouvelles lectures et compréhensions du monde, le Centre d’exposition a invité trois artistes à présenter une œuvre qui interroge ou souligne certains aspects de la situation actuelle. Chaque projet a été dévoilé au public au moment de sa diffusion sur les plateformes numériques du Centre d’exposition.  

 

Entre  juin et septembre 2020, les œuvres de Paul LandonGuillaume Adjutor Provost et Sara A.Tremblay ont été exposées sous une forme essentiellement processuelle et documentaire. Chacune d’entre elles a posé un regard singulier sur leur pratique dans ce contexte particulier. 

Juin à septembre 2020
Les artistes
Paul Landon 
22 JUIN - 21 JUILLET 2020
 
 

Artiste originaire d’Angleterre, Paul Landon possède un baccalauréat en beaux-arts et est titulaire de deux maîtrises en art (obtenues à Maastricht aux Pays-Bas en 1989 et à Montréal en 1996), ainsi que d’un doctorat de l’Académie finlandaise des beaux-arts (Helsinki, 2016). Depuis 30 ans, celui-ci expose son travail en Europe et en Amérique du Nord. Au Québec, ses œuvres font notamment partie des collections du Musée d’art contemporain de Montréal, ainsi que du Musée national des beaux-arts du Québec.
 

DOCUMENTER UNE VILLE JAMAIS VISITÉE
FILMING AN UNVISITED CITY

Paul Landon a été sélectionné pour participer à une résidence de trois mois dans la ville mexicaine de Monterrey qui devait commencer en mai 2020. En raison des restrictions de voyage imposées à la suite de l'épidémie de COVID-19, son séjour a été reporté indéfiniment. Le projet initial consistait à filmer des exemples de l’architecture historique moderne à Monterrey et dans ses environs, avec l'intention de produire des animations à partir de ceux-ci. En raison des conditions imposées par l'épidémie, l’artiste s'est retrouvé dans la situation où il a dû trouver un moyen de mener à bien le projet, sans avoir la possibilité de se rendre à Monterrey.

 

Pour mener à bien le projet tout en respectant les restrictions de voyage, Landon a développé des animations basées sur les images de Monterrey qui étaient à sa disposition en ligne. Alors que le projet initial aurait documenté ses mouvements corporels lorsqu’il se promenait dans la ville, le projet révisé documente les mouvements lorsque l’artiste regarde des images et des vidéos de la ville en ligne. La pratique de Landon explore l'architecture telle qu'elle est vécue à travers le mouvement et la perception. Elle oscille entre la représentation des bâtiments sous forme de maquettes et de dessins et leur présence spatio-temporelle perçue. Avec son projet révisé, la ville dans laquelle il se « déplace » est un collage de représentations de seconde main d'un endroit où il n’est jamais allé. Comme les villes invisibles de Calvino, elle existera comme une construction mentale basée sur les récits (visuels) d'autres personnes.

 

Pour produire ses animations, Landon a filmé de courtes séquences de son écran d'ordinateur en regardant des images et des vidéos captées à Monterrey. Ces séquences sous la forme d'une série d'images fixes ont ensuite été tracées par l’artiste pour produire des dessins animés rotoscopiques. Ces animations sont présentées sur la plateforme Research Catalogue comprenant des textes sur le processus de travail et sur l'architecture présentée.

00_guillaume_adjutor_provost.jpg
Guillaume Adjutor Provost​ 
22 JUILLET - 21 AOUT 2020


Guillaume Adjutor Provost est un artiste multidisciplinaire et chercheur qui expérimente avec les formes de l’exposition,
les collections, le texte et le commissariat. Sa pratique artistique, informée par la recherche et la libre association d’idées, vise à examiner ce qui a trop longtemps existé en périphérie des discours historiques dominants : la contre-culture, l’imagerie vernaculaire québécoise, les expériences queer, la conscience de classe ou encore la science-fiction. Les projets de Guillaume Adjutor Provost ont été présentés lors d’expositions individuelles et collectives au Canada, en France, en Suisse, en Espagne, en Lituanie et en Autriche. 
 

TANT DOUCEMENT ME SENS EMPRISONNÉ
SO GENTLY DO I FEEL MYSELF IMPRISONED
Vidéo HD, 12m14s

Dans le cadre de l’initiative 3 fois 3, Guillaume Adjutor Provost a entreprit de réaliser une performance documentaire, faisant écho à ses enjeux de recherche sur les systèmes économiques. Dans l’œuvre Tant doucement me sens emprisonné, Provost s’est penché sur les théories du néo-féodalisme, qui tentent d’articuler la concentration de l’argent et du pouvoir au 21ème siècle. En outre, cet essai vidéo examine la naturalisation des formes de dominations au Moyen-Âge et questionne la réapparition d’une pareille orthodoxie dans la montée du suprémacisme en Occident.   
Sara A.Tremblay 
22 AOUT - 21 SEPTEMBRE 2020
 
 
Sara A.Tremblay détient une maitrise en beaux-arts de l’Université Concordia. Son travail a été présenté au Québec et en Ontario (YYZ Artists’ Outlet, Fondation Guido Molinari, Musée des Beaux-arts de Sherbrooke, entre autres) ainsi qu’en Suède où elle a séjourné à l’été 2013 dans le contexte de la Brucebo Fine Art Summer Residency Scholarship, à Själsö, Gotland. Elle a participé au 32e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul et est récipiendaire de la toute première Bourse Yvonne L. Bombardier.
Elle publie l’ouvrage Själsö (VU, Québec) en 2016 et le livret Parmi
(Les éditions Paris-Brest, Nantes) en 2019. Au printemps 2020, elle crée Les Encans de la quarantaine, une initiative visant à promouvoir virtuellement le travail des artistes en arts visuels au Canada.
Elle vit et travaille à Orford.
 
portrait_saraatremblay_001.jpg

TOUT T'EMPÊCHE

Dans le cadre de la résidence virtuelle 3 fois 3 du Centre d’exposition de l’Université de Montréal, Sara A.Tremblay a proposé comme espace de création un canevas blanc, qu’elle a occupé en improvisant quotidiennement avec les récoltes du jardin qu’elle cultive avec son copain, sur le terrain de la fermette où elle habite, à Orford, en Estrie.